Pour la première fois en plus de 2 ans, Montréal accueillera un combat de championnat du monde de boxe. C’est une éternité! Souvenez-vous de cette glorieuse époque du printemps 2011 où Lucian Bute paraissait invincible, où le gouvernement Charest refusait la tenue d’une commission d’enquête sur le milieu de la construction, où les Coyotes de Phoenix cherchaient un propriétaire et où LMFAO s’apprêtait à devenir un « one hit wonder».

Bref, le dernier combat de championnat du monde tenu dans la capitale canadienne de la boxe est celui de mai 2011 quand Jean Pascal a cédé son titre à Bernard Hopkins.

Toujours au printemps 2011, Adonis Stevenson réussissait son retour à la boxe. Après un an sans boxer, après sa première défaite en boxe professionnelle. Lorsque Stevenson est revenu de sa mauvaise expérience américaine, Yvon Michel refusait de lui parler. Mais après environ 6 mois à l’ignorer, Yvon Michel s’est assis avec Stevenson et les frères Grant pour élaborer une stratégie. Depuis 2 ans Adonis Stevenson a gravi les échelons. Il a remporté 7 combats consécutifs par K.-O. Au cours de cette séquence, il a senti le besoin de quitter son entraîneur Howard Grant, croyant qu’un passage au Kronk Gym d’Emanuel Steward à Detroit pouvait amener sa carrière à un autre niveau. Yvon Michel avait échafaudé des scénarios qui se sont, au bout du compte, concrétisés, même si au départ, peu de gens y croyaient.

Négligé dans un combat contre un champion du monde ébranlé, Adonis Stevenson tente de redonner à la boxe québécoise un titre mondial pour la 1re fois depuis la défaite de Bute.

À l’entraînement public lundi, Stevenson a épaté par sa fougue, son énergie, sa force, sa vitesse, mais surtout son calme alors que s’amorce la semaine la plus déterminante de sa carrière. Ce n’est pas une semaine comme les autres en raison du prestige entourant son combat. Mais pour lui, tout est pareil avec les mêmes journalistes face à lui et les mêmes personnes dans sa garde rapprochée, tous vêtus aux couleurs de Superman.

Un super-gala!

Ce combat sera le clou d’un gala parfaitement balancé entre combats à saveur locale et à saveur internationale.

En demi-finale de ce gala télédiffusé sur HBO, l’ancien champion olympique et champion du monde Yuriorkis Gamboa aura un bon défi sur les bras dans son tout premier combat disputé à 135 livres. L’ancien champion des 130 livres sera opposé à Darley Perez, un autre ancien olympien. Les deux boxeurs sont invaincus. Gamboa est explosif et cogne fort. Gamboa sera à l’entraînement public de Chad Dawson mardi midi à l’hôtel Delta de Montréal.

Eleider Alvarez continuera sa progression rapide avec un duel contre Allan Green pour son 13e combat professionnel. Encore une fois, le talentueux colombien a des allures de machine de guerre, tellement puissant et énergique.

Je suis aussi très intéressé par les deux combats locaux entre Didier Bence et Eric Barrak puis entre Sébastien Bouchard et Francesco Cotroni.

En fait seul 1 combat semble gagné d’avance, soit celui d’Artur Beterbiev qui effectuera ses débuts. Je vous invite à visionner sur la zone vidéo son entraînement tout particulier. Il boxe contre une balle de tennis, liée à sa tête par un élastique. Excellent entraînement pour la coordination œil-main, que Marc Ramsay veut bien étendre à ses autres protégés. La nouvelle acquisition de GYM semble très puissante. Mais je trouve que Beterbiev a l’air petit pour un mi-lourds.

David Lemieux ne semblait pas réellement croire qu’il ne boxerait pas samedi prochain. Il m’a expliqué qu’il s’entendait bien avec Yvon Michel, et voulait absolument en savoir plus sur l’annulation de son combat. « Je suis prêt, je fais le poids et je l’apprends à la dernière minute! C’est du niaisage. D’une manière ou d’une autre je serai dans le ring samedi. » Yvon Michel m’a pour sa part expliqué que puisqu’il s’agit principalement du gala du promoteur de Dawson (Gary Shaw), il devait sacrifier soit le combat de Lemieux ou celui d’Alvarez.

Mais y aura-t-il des amateurs dans la salle? Yvon Michel s’attend à une foule entre 4 000 et 6 000 spectateurs, ce qui est déplorable compte tenu de la qualité du spectacle offert et du prestige des trois derniers combats.

Pour la première fois en plus de 2 ans, Montréal accueillera un combat de championnat du monde de boxe. C’est une éternité! Souvenez-vous de cette glorieuse époque du printemps 2011 où Lucian Bute paraissait invincible, où le gouvernement Charest refusait la tenue d’une commission d’enquête sur le milieu de la construction, où les Coyotes de Phoenix cherchaient un propriétaire et où LMFAO s’apprêtait à devenir un « one hit wonder».

Bref, le dernier combat de championnat du monde tenu dans la capitale canadienne de la boxe est celui de mai 2011 quand Jean Pascal a cédé son titre à Bernard Hopkins.

(more…)

Pour la première fois en plus de 2 ans, Montréal accueillera un combat de championnat du monde de boxe. C’est une éternité! Souvenez-vous de cette glorieuse époque du printemps 2011 où Lucian Bute paraissait invincible, où le gouvernement Charest refusait la tenue d’une commission d’enquête sur le milieu de la construction, où les Coyotes de Phoenix cherchaient un propriétaire et où LMFAO s’apprêtait à devenir un « one hit wonder».

Bref, le dernier combat de championnat du monde tenu dans la capitale canadienne de la boxe est celui de mai 2011 quand Jean Pascal a cédé son titre à Bernard Hopkins.

(more…)